QUE M'OFFRE LA VILLE ?

Histoire

Image

Avant l’arrivée des colons européens, plusieurs tribus autochtones habitaient déjà les territoires de la Saskatchewan. Dès 1880, lors de la construction du chemin de fer transcontinental par le Canadien Pacifique, plusieurs immigrants européens s’établissent dans la région en raison des terres fertiles et abordables. En 1882, cette région sera nommée Regina (latin pour reine) en l’honneur de la reine Victoria, alors monarque britannique.

Regina est fondée en 1882 et reconnue officiellement au titre de ville le 1er décembre 1883. Cette même année, elle est nommée nouvelle capitale des Territoires du Nord-Ouest au lieu de Battleford. Elle demeurera la capitale territoriale jusqu’en 1905, année où la Saskatchewan adhère la Confédération canadienne. Regina est plus tard désignée capitale provinciale.

En 1930, l’effondrement du marché boursier américain et la sécheresse frappent durement la région occasionnant la perte de plus de 3 700 emplois. La Deuxième Guerre mondiale propulsera ensuite l’économie grâce à la réouverture de l’usine General Motors ainsi que la création d’écoles aériennes formant des pilotes de guerre. En 1960, la ville est en plein essor. La population croît rapidement et on construit des écoles, des églises, des hôpitaux et des immeubles gouvernementaux pour répondre aux besoins grandissants de la population.

Faits intéressants

reginaLe procès de Louis Riel s’est déroulé à Regina à l’été 1885. Ce dernier est reconnu coupable de trahison et pendu le 16 novembre 1885.

La ville de Regina a été choisie comme siège social de la Police montée du Nord-Ouest (future Gendarmerie royale du Canada) de 1892 à 1920. Le siège social est par la suite relocalisé à Ottawa, capitale nationale. Regina demeure aujourd’hui un site d’entraînement pour la formation des nouveaux membres de la Gendarmerie royale du Canada.

(Regina Infinite Horizons, 2013; Historica Canada, 2013)

Culture

Image

En 2004, en raison de sa grande diversité culturelle, Regina reçoit le titre de « Capitale culturelle du Canada » (Bibliothèque et Archives Canada, 2009). Les habitants qui forment alors la communauté sont d’origines multiples, descendant des individus ayant fondé la ville de Regina au début du XXe siècle. À cette époque, plusieurs immigrants d’origine allemande, irlandaise, écossaise, ukrainienne, norvégienne et chinoise choisiront de s’installer à Regina (Canadavisa, 2018). Aujourd’hui, on note que 19 % de la population se compose d’immigrants originaires de l’Afrique, de l’Asie, de l’Océanie et de l’Europe. 

Les francophones sont eux aussi venus s’installer dans la région au début du XXe siècle. Aujourd’hui, Regina est la deuxième ville de la Saskatchewan comptant le plus de francophones, 2 690 personnes parlant le français (Statistique Canada, 2017). L’Association canadienne-française de Regina organise plusieurs événements culturels et sportifs pour cette communauté. On accorde en outre une grande importance à la culture autochtone et métisse.

Faits intéressants

On trouve de nombreuses petites communautés francophones en Saskatchewan, dont plusieurs se sont développées à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Les villages francophones sont surtout situés au sud-ouest (Gravelbourg, Ponteix, Val-Marie, Saint-Victor et Willow Bunch) et au sud-est (Bellegarde, Cantal, Alida, Forget et Montmartre) de la province. D’autres villages ont vu le jour le long de la rivière Saskatchewan, dont les villages de Batoche, Duck Lake, Saint-Isidore-de-Bellevue et Saint-Louis. Encore aujourd’hui, Saint-Isidore-de-Bellevue (78 %) et Gravelbourg (41 %) comptent de fortes concentrations de francophones (Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, 2009).

________________________________________________________________________________

La seule université canadienne fondée et gérée par et pour les autochtones est située à Regina. Elle se nomme la First Nations University of Canada (First Nations University of Canada, s.d.).

Données socio-démographiques

Image

La ville de Regina comptait 215 106 habitants lors du recensement de 2016 (Statistique Canada, 2017), dont plus de la moitié sont âgés de 18 à 64 ans (City Population, 2017). Un grand nombre de personnes provenant d’origines culturelles diverses habitent à Regina. En effet, près de 15 % de la population est d’origine asiatique (City Population, 2017). 

La langue la plus souvent parlée à Regina est l’anglais, autant à la maison que sur le marché du travail et dans les entreprises. Au recensement de 2016, plus de 82 % de la population de Regina indiquait l’anglais comme langue maternelle comparativement à seulement 1,1 % qui désignait le français (Statistique Canada, 2017). Par ailleurs, 16,6 % de la population a une langue autochtone comme langue maternelle (Statistique Canada, 2017).

Santé et réalités sociales

Image

En 2013, plus de 57 % des habitants de Regina qualifiaient leur santé mentale et physique de très bonne ou excellente (Statistique Canada, 2013). Lors du même recensement, moins de 20 % des répondants indiquaient vivre du stress. Ce pourcentage est légèrement inférieur à la moyenne nationale de 23,2 % (Statistique Canada, 2013). La ville de Regina affiche aussi le deuxième plus faible taux de chômage au Canada (Fransaskois-info, 2013), après Toronto.

Malgré ce bilan économique et de santé favorable, plusieurs problématiques sont présentes à Regina. Des services de santé et services sociaux sont disponibles, dont une banque alimentaire, des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale, des services de protection à l’enfance, un centre pour personnes autochtones, des centres de services communautaires, des résidences pour personnes âgées et des hôpitaux. Toutefois, un peu plus de 47 % des enfants de familles monoparentales dont la mère est le seul parent vivent sous le seuil de la pauvreté (City Kidz, s.d.). Cette statistique augmente à 65 % chez les enfants de six ans et moins (City Kidz, s.d.). En 2016-2017, près de 5 700 familles ont eu recours aux services de la banque alimentaire, ce qui équivaut à plus de 37 000 enfants (Regina Food Bank, 2017). Cette précarité économique peut avoir des conséquences défavorables sur la santé.

Faits intéressants

C’est en juillet 1933 qu’a eu lieu à Regina la première rencontre pour former la Fédération du commonwealth coopératif (CCF), plus tard nommé le Nouveau Parti démocratique (NPD). Le 1er juillet 1962, ce parti dirigé par M. Tommy Douglas inaugure le premier modèle de régime d’assurance-maladie provincial au Canada.

(Canadian Dimension, 2012)

La vie au quotidien

Climat

Image

Regina est la capitale canadienne la plus ensoleillée au Canada, atteignant environ 2 365 heures d’ensoleillement par année (Regina Infinite Horizons, 2007). Contrairement à d’autres villes canadiennes, il y a très peu d’humidité à Regina, qui reçoit en moyenne 409 millimètres de pluie et de neige par année (The Weather Network, 2018). En comparaison, la capitale nationale canadienne enregistre 914 mm (MétéoMédia, 2018) de précipitations par année. Les températures moyennes se situent à près de -20 °C en hiver et entre 25 et 30 °C en été.

Transport

Image

Regina Transit est l’organisme de transport en commun exploité par la ville de Regina. Le plus ancien réseau de transport en commun en Saskatchewan, il offre un accès au centre-ville à partir de plusieurs secteurs de la ville. Les autobus circulent régulièrement et passent aux 30 minutes pendant les heures de pointe. Le tarif adulte est de 3,25 $ (Regina Infinite Horizons, 2018b).

L’Aéroport international de Regina, le plus vieil aéroport au Canada, dessert plusieurs grandes villes du pays.

Alimentation

Image

Le coût moyen de la nourriture est similaire à celui des grands centres urbains au Canada. Environ 40 % des terres agricoles du Canada se trouvent en Saskatchewan. Ainsi, plusieurs produits locaux sont mis à la disposition des consommateurs. Entre mai et octobre, on peut notamment visiter le Regina’s Farmers Market pour y faire des emplettes.

La ville de Regina compte aussi une variété de restaurants, cafés et pubs qui offrent des expériences uniques, comme La Bodega, Fresh and Sweet, Siam Restaurant ainsi que The Artful Dodger Café and Music Emporium.

Il existe plusieurs épiceries, dont Extra Foods, Superstore, Sobeys, Co-op et Costco. On peut également se procurer des ingrédients pour cuisiner des plats végétariens ou biologiques en visitant des magasins spécialisés tels Dad’s Organic Market, Body Fuel Organics, Natures Best Market et Old Fashioned Foods (Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan [CÉCS], 2017).

Hébergement

Image

La ville compte plusieurs hôtels, gîtes et motels à des prix variés. Le coût de location d’un appartement ou d’une maison est aussi comparable à la moyenne canadienne. À titre d’exemple, le prix de location d’une chambre à coucher varie de 450 à 700 $ par mois (CÉCS, 2017). En comparaison, le coût moyen d’un appartement d’une chambre à coucher est de 898 $ par mois (Rentboard, 2018). Le succès économique récent de la province a rehaussé la valeur immobilière, le coût moyen d’achat d’une maison s’élevant actuellement à environ 340 000 $.

Loisirs

Activités

La ville offre plusieurs activités et événements tout au long de l’année. Le Wascana Centre est un magnifique endroit au centre-ville de Regina où l’on peut visiter des musées et des galeries d’art, en plus de participer à plusieurs activités intéressantes autant pour les enfants que pour les adultes. Le Centre borde le lac du même nom (Wascana Centre, s.d.). Plusieurs festivals se déroulent principalement en été. En voici quelques-uns :

MAI
REGINA FARMER’S MARKET (mai – octobre)

JUIN
MOSAIC FESTIVAL

BAZZART

JUILLET
CRAVEN COUNTRY JAMBOREE

AOÛT
QUEEN CITY EX

REGINA FOLK FESTIVAL

 

Liens pertinents

Information pratique sur le logement, le transport et les activités, consultez les sites :

Informations touristiques et culturelles, consultez les sites : 

Information sur les ressources francophones et la francophonie, consultez les sites :

Information au sujet de la santé et des services sociaux, consultez les sites : 

© 2021, Consortium national de formation en santé (CNFS) – Volet Université d’Ottawa. Tous droits réservés.

Recherche