Bourses d’initiation à la recherche

Les bourses d’initiation à la recherche permettent aux étudiants et futurs professionnels de la santé francophones et francophiles de l’Université d’Ottawa inscrits au 1er cycle (baccalauréat ou médecine) ou au 2e cycle (maîtrise) de s’initier à la recherche dans leur domaine d’études sous la supervision des professeurs tout en bonifiant le programme de recherche de ces derniers à l’aide de bourses variant de 5 500 $ à 7 500 $.

RÉCIPIENDAIRES 2023-2024

Félicitations aux récipiendaires des bourses d’initiation à la recherche! Cette initiative vous aura permis de vivre une expérience enrichissante auprès de vos superviseurs en plus de façonner vos savoirs et savoir-faire sur diverses facettes de la recherche propre à votre programme d’étude.

Image

Michael Christopher Louismé
Étudiant en études médicales de premier cycle – Programme MD
Sous la supervision de Idrissa Beogo et Dre Mireille Norris

Aperçu du projet

L’expérience de la relocation des personnes âgées dans un établissement de soins de longue durée ou dans des maisons à subventions en Ontario : une étude descriptive mixte de la perspective des membres de la famille.

L’expérience de relocalisation des personnes âgées francophones (PAF) en Ontario, particulièrement à Toronto, a été analysée à travers 8 entretiens semi-structurés avec les aides-soignants de la famille. Cette étude s’est efforcée de comprendre ainsi que d’analyser les défis/barrières et éléments facilitateurs rencontrés lors de cette transition anxiogène pour les PAF. Une approche qualitative et l’utilisation de la théorie de l’écologie sociale et l’approche de l’intersectionnalité permettront de saisir les nuances possibles de leurs expériences uniques. L’analyse des résultats a mis en évidence certains thèmes récurrents tels que l’isolement, les différences culturelles/sociales, le soutien familial des PAF lors de leurs expériences de relocalisation. Les connaissances issues de la fin de ce projet permettront de distinguer les différents éléments clés qui ont possiblement des conséquences négatives ou positives (facilitateurs) sur l’expérience de relocalisation des PAF en Ontario.

Image

Chiara Toscano
Étudiante au baccalauréat spécialisé en sciences de la nutrition
Sous la supervision d’Isabelle Giroux et Mwali Muray

Aperçu du projet

Pilotage de simulations sur l’offre active en milieux cliniques pour élargir l’impact de la formation à l’offre active.

Les objectifs de notre projet étaient d’adapter et piloter une Boîte à outils de simulations (SIMs) en formation à l’offre active des services de la santé en français (OA), destinée aux professionnels de la santé en milieu de pratique. Celle-ci contient la SIM virtuelle, asynchrone, la Grille d’indicateurs de compétence en OA, et un guide de débreffage. À partir des partenariats développés avec des gestionnaires de l’Institut de Savoir Montfort (ISM) et l’Équipe de santé familiale académique – Montfort, nous avons procédé avec un pilotage préliminaire de la SIM. Des rencontres furent tenues avec ces parties prenantes, durant lesquelles nous avons obtenu de la rétroaction au sujet de notre Boîte à outils. Leurs suggestions serviront comme guide pour l’équipe du GReFoPS dans le développement de deux nouvelles SIMs virtuelles, asynchrones dans les prochains mois pour l’apprentissage de l’OA chez les professionnels de la santé.

Image

Nina Kiloueva
Étudiant au baccalauréat spécialisé en sciences de la nutrition
Sous la supervision d’Isabelle Giroux et de Jane Tyerman

Aperçu du projet

Évaluation de la perception de futurs professionnels de la santé et des services sociaux francophones et anglophones de l’apprentissage par simulations interprofessionnelles en offre active de services en français

Le Programme d’apprentissage par simulations (SIMs) interprofessionnelles met en œuvre des SIMs pour renforcer les compétences, l’auto-efficacité et la motivation des futurs professionnels de la santé et des services sociaux en matière d’offre active (OA) du français. En 2022-2023, des données quantitatives et qualitatives ont été collectées auprès de 624 étudiants issus de 17 programmes d’études ayant participé à ces SIMs. Mon rôle dans ce projet a été, entre autres, d’analyser les données quantitatives relatives à l’anxiété pré-SIMs chez les étudiants, d’explorer l’anxiété linguistique dans les environnements académiques et professionnels, ainsi que de contribuer à l’analyse thématique des rétroactions des facilitateurs et éducateurs suite aux SIMs. Ces résultats auront un impact direct sur l’amélioration des prochaines SIMs axées sur l’OA des services en français, en orientant l’adaptation de la formation et des méthodes pédagogiques pour mieux répondre aux besoins des étudiants.

Image

Kaitlin Noël
Étudiante au baccalauréat en sciences infirmières
Sous la supervision de Julie Chartrand

Aperçu du projet

La validation transculturelle française du prototype de l’application mobile de gestion de la douleur oncologique pédiatrique – PainCaRe

Une application mobile, PainCaRe, a été créée dans le but de soutenir les parents quant à la douleur cancéreuse de leur enfant (2 à 11 ans) à domicile. Toutefois, l’application n’est disponible qu’en anglais. Ce projet avait donc pour but d’en faire la traduction française et la validation transculturelle. Ce processus à cinq phases a été possible grâce à la participation d’experts canadiens, composés de traducteurs professionnels, de parents francophones d’enfant atteint de cancer ainsi que de professionnels de la santé et de chercheurs œuvrant en oncologie pédiatrique. De façon individuelle ou collective, les experts (n=16) ont créé, modifié ou évalué diverses versions françaises de l’application, permettant ainsi de produire une version française pré-officielle de PainCaRe. Ses effets sur la douleur cancéreuse d’enfants francophones âgés de 2 à 11 ans seront évalués lors d’une étude pilote future.

Image
Image

Jessica Fortin-Lacombe et Maja Ilijevska
Étudiantes à la maîtrise en physiothérapie
Sous la supervision de Jennifer O’Neil

Aperçu du projet

Le développement d’une communauté de pratique en santé : une revue de la portée

Les communautés francophones et acadiennes en situation minoritaire (CFASM) ont un accès limité aux services de santé offerts en français. Étant nous-même franco-ontariennes, l’enjeu de la langue nous touche particulièrement. Les CFASM ont rapporté que la collaboration était un ingrédient clé au succès de la mise en œuvre du programme de télésanté de prévention des chutes Marche Vers le Futur. Explorer la mise en place d’une structure, telle qu’une communauté de pratique (CdP), facilitant le partage des connaissances entre CFASM, pourrait améliorer l’offre de services du programme. L’objectif de notre projet est de documenter les conditions gagnantes et les impacts d’une CdP sur l’offre et l’accès de services de santé en français. Nous allons explorer les méthodes utilisées pour la mise en œuvre d’une CdP à l’aide d’une revue de la portée. Le CNFS nous aura permis d’acquérir de nouvelles expériences dans un domaine qui nous passionne.

Image

Tracy Husereau
Étudiant au baccalauréat en sciences de la nutrition
Sous la supervision de Bénédicte Fontaine-Bisson et Alexandre Dumas

Aperçu du projet

Étude de la fiabilité test-retest et de l’effet d’âge d’une mesure de reconnaissance de phrases filtrées adaptée aux enfants francophones canadiens.

Au courant des dernières décennies, des études ont montré des différences significatives en ce qui trait à la santé des patients issus de minorités linguistiques francophones, en comparaison aux patients anglophones au Canada. Une façon d’améliorer cette situation consiste à offrir activement des services en français. Dans le domaine de l’audiologie, cela peut également se traduire par l’accès à des outils de mesures cliniques qui sont adaptés sur le plan linguistique. Dans cette optique, le présent projet vise à vérifier l’effet de l’âge et la fiabilité test-retest d’une épreuve d’écoute de phrases filtrées qui peut principalement être utilisée pour identifier des difficultés d’écoute de la parole dégradée et de mesurer l’efficacité d’une intervention de réadaptation. En disposant d’outils cliniques adaptés sur le plan linguistique, les audiologistes sont plus à même d’identifier les besoins de leur clientèle francophone et de mesurer les progrès réels à la suite d’une intervention le cas échéant. Cela contribue entre autres à améliorer les services offerts aux enfants qui rencontrent des difficultés d’écoute de la parole dégradée et par ricochet, leurs apprentissages scolaires.

 

 

 

Cette initiative est financée par Santé Canada dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles – 2023-2028 : Protection-promotion-collaboration. Les opinions exprimées ne représentent pas nécessairement celles de Santé Canada.

Abonnez-vous à notre bulletin d'information : Quoi de neuf au CNFS!
captcha 

  

 

© CNFS - Volet Université d'Ottawa 2020