Cette série comprenant 5 ateliers a pour but de fournir aux superviseurs les notions théoriques et pratiques de base inhérentes à l’art de la supervision en milieu de stage.

Au terme des 5 ateliers, le superviseur est outillé pour encadrer avec succès des stagiaires.

Après avoir complété avec succès les 5 ateliers de base, le superviseur pourra demander au CNFS une attestation certifiant qu’il a maintenant le titre de SUPERVISEUR certifié.

  La supervision des stagiaires : un art qui s’apprend

Consultez cet article pour connaitre les résultats d’une étude portant sur les ateliers à la supervision offerts par le CNFS – La supervision des stagiaires : un art qui s’apprend.

Résumé

« L’Art de superviser des stagiaires » est un programme de formation du CNFS – Volet Université d’Ottawa visant à outiller les superviseurs qui accompagnent des stagiaires dans leur processus de professionnalisation. Ces ateliers, offerts en ligne ou en présentiel aux professionnels de la santé et des services sociaux œuvrant dans les communautés francophones minoritaires au Canada, abordent des thèmes comme l’évaluation du rendement et la gestion de conflits. Des données recueillies par questionnaire indiquent qu’à la suite de la formation, les superviseurs se sentent plus à l’aise et intègrent dans leurs tâches de supervision des stratégies et des outils d’encadrement.

Comprendre les principes de base de la supervision

À la fin de cet atelier, le participant pourra mieux définir ce qu’est la supervision de stagiaires, ainsi que les fonctions et les rôles qui sont essentiels. Il aura acquis des connaissances qui lui permettront d’actualiser le processus de supervision.


La compétence visée :

Adopter le rôle de supervision approprié au moment opportun et en reconnaitre les effets sur les apprentissages et le développement des compétences du stagiaire.


Expert-réviseur :

Manon Tremblay

Ph.D., consultante en évaluation de programmes éducatifs. Ergothérapeute de formation, Manon Tremblay a obtenu son baccalauréat en 1980 de l’Université Laval. Elle a poursuivi des études de deuxième et troisième cycles en éducation et, en 2010, l’Université du Québec à Montréal lui a décerné un doctorat interdisciplinaire en sciences de l’éducation. Elle a exercé comme clinicienne pendant plus de 15 ans et, par la suite, a occupé différentes fonctions administratives et éducatives tels chef de service en ergothérapie et directrice du Consortium national de formation en santé – Volet Université d’Ottawa et directrice du Centre de développement professionnel continu Prométhée à l’Hôpital Montfort et professeur auxiliaire au Programme d’ergothérapie de l’École des sciences de la réadaptation de l’Université d’Ottawa. À titre de membre de la Faculté des études supérieures et postdoctorales à l’Université d’Ottawa et de l’Institut de recherche de l’Hôpital Montfort (IRHM) de 2008 à 2015, elle a participé et réalisé diverses recherches de validation d’outils de mesure, en interprofessionnalisme et sur le processus de professionnalisation par le biais du concept de représentation sociale. Depuis 2015, elle est consultante dans le domaine de l’éducation et de la santé, notamment en évaluation de programme.

En savoir plus :

Dates des séances offertes :

1er mai au 31 août 2018

5 sept. au 21 déc. 2018

Bâtir un climat de confiance

À la fin de cet atelier, le participant connaitra les qualités qui caractérisent un bon superviseur et leurs incidences sur le processus de supervision. Il se sera familiarisé avec la notion de sensibilité culturelle et pourra établir des stratégies pour créer un milieu de stage ouvert et accueillant. Il sera également en mesure de déterminer les compétences de communication nécessaires pour maintenir une relation positive. Enfin, il pourra utiliser des pistes d’action pour outiller le stagiaire à l’offre active de services de santé en français.


La compétence visée :

Mettre en place les éléments qui contribuent à créer un climat de confiance avec le stagiaire.

Développer les savoirs du stagiaire liés à l’offre active de services de santé en français pour favoriser le climat de confiance avec le patient.


Experts-réviseurs :

Julie Gosselin

Julie Gosselin est professeure agrégée en psychologie clinique à la Faculté de psychologie de l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador et directrice du Family Resilience Lab. Elle détient un Ph.D. en psychologie clinique de l’Université de Montréal. De 2008 à 2015, elle occupe un poste à l’Université d’Ottawa en tant que directrice du Laboratoire de recherche sur la famille recomposée. Elle est toujours membre auxiliaire de l’École de psychologie de l’Université d’Ottawa et chercheuse affiliée à l’Institut de recherche de l’Hôpital Montfort et au Centre de recherche sur les services éducatifs et communautaires (Ottawa, Ontario). Ses recherches portent principalement sur l’adaptation psychosociale des individus (parents, beaux-parents et enfants) aux multiples transitions familiales. Elle s’intéresse également aux expériences des personnes vivant au sein de ce que l’on peut décrire comme des structures familiales marginalisées, qui évoluent en marge des tendances sociales dominantes.

Nancy Poirier

Originaire de l’Outaouais, Nancy Poirier a complété un baccalauréat et une maîtrise en travail social à l’Université du Québec en Outaouais. Dès le début de sa carrière, Nancy se découvre une passion pour travailler auprès des femmes et des enfants vivant de la violence sous toutes ses formes. Elle se dirige dans le réseau des centres de ressources et de santé communautaires de l’Ontario, où elle y travaille pendant près de dix années à titre d’intervenante à l’accueil, de gestionnaire des programmes ainsi que de directrice générale par intérim. Elle a eu l’opportunité de superviser plusieurs employés à la fois ainsi que des étudiantes venues faire leur stage en milieu communautaire. Nancy se joint à l’équipe des chargées de cours et des superviseures externes de l’École de service social de l’Université d’Ottawa en septembre 2009 et se découvre une nouvelle passion pour l’enseignement et le travail auprès des étudiants. En mai 2013, Nancy se joint à l’équipe du CNFS pour une durée d’un an. Elle est présentement coordonnatrice des stages en travail social à l’Université du Québec en Outaouais.

En savoir plus :

Dates des séances offertes :

1er mai au 31 août 2018

5 sept. au 21 déc. 2018

Intégrer les styles d’apprentissage

À la fin de cet atelier, le participant comprendra le cycle d’apprentissage de Kolb et pourra tenir compte des facteurs qui influencent l’apprentissage. Il se sera aussi familiarisé avec les divers styles d’apprentissage et il aura cerné sa façon privilégiée d’apprendre, à titre d’apprenant ou d’éducateur. Il pourra utiliser des stratégies d’encadrement qui conviennent aux différents styles d’apprentissage ou au contexte clinique, en plus de stimuler le stagiaire à expérimenter un autre style d’apprentissage.


La compétence visée :

Intégrer la notion de styles d’apprentissage à sa pratique professionnelle.


Expert-réviseur :

Josée Benoit

Josée Benoît est associée principale de recherche pour le Groupe de recherche sur la formation professionnelle en santé et service social en contexte francophone minoritaire (GReFoPS) de l’Université d’Ottawa. Titulaire d’un doctorat en éducation, elle s’intéresse à la pédagogie en milieu minoritaire francophone, à la motivation, et à l’éducation musicale.

En savoir plus :

Dates des séances offertes :

1er mai au 31 août 2018

5 sept. au 21 déc. 2018

Évaluer le rendement

À la fin de cet atelier, le participant pourra déterminer les éléments clés à considérer lors de l’évaluation du rendement du stagiaire. Il aura appris à formuler et à donner une rétroaction efficace. Il pourra diriger une rencontre d’évaluation, reconnaitre les principales erreurs commises lors de l’évaluation, éviter les pièges de l’évaluation du rendement et faire l’autocritique de sa façon d’évaluer le rendement.


La compétence visée :

Évaluer le rendement du stagiaire de façon constructive, juste et honnête.


Expert-réviseur :

Manon Tremblay

Ph.D., consultante en évaluation de programmes éducatifs. Ergothérapeute de formation, Manon Tremblay a obtenu son baccalauréat en 1980 de l’Université Laval. Elle a poursuivi des études de deuxième et troisième cycles en éducation et, en 2010, l’Université du Québec à Montréal lui a décerné un doctorat interdisciplinaire en sciences de l’éducation. Elle a exercé comme clinicienne pendant plus de 15 ans et, par la suite, a occupé différentes fonctions administratives et éducatives tels chef de service en ergothérapie et directrice du Consortium national de formation en santé – Volet Université d’Ottawa et directrice du Centre de développement professionnel continu Prométhée à l’Hôpital Montfort et professeur auxiliaire au Programme d’ergothérapie de l’École des sciences de la réadaptation de l’Université d’Ottawa. À titre de membre de la Faculté des études supérieures et postdoctorales à l’Université d’Ottawa et de l’Institut de recherche de l’Hôpital Montfort (IRHM) de 2008 à 2015, elle a participé et réalisé diverses recherches de validation d’outils de mesure, en interprofessionnalisme et sur le processus de professionnalisation par le biais du concept de représentation sociale. Depuis 2015, elle est consultante dans le domaine de l’éducation et de la santé, notamment en évaluation de programme.

En savoir plus :

Dates des séances offertes :

1er mai au 31 août 2018

5 sept. au 21 déc. 2018

Gérer les conflits

À la fin de cet atelier, le participant saura reconnaitre les situations potentielles de conflit et établir des stratégies pour les gérer en fonction des différents styles de résolution de conflits. En comprenant mieux la dynamique des conflits, il pourra agir de façon proactive sur les éléments déclencheurs et mettre en place des stratégies de résolution de conflits plus efficaces.


La compétence visée :

Utiliser différentes stratégies d’intervention efficaces pour gérer de façon constructive les situations conflictuelles vécues dans le cadre de vos fonctions en tant que superviseur.


Expert-réviseur :

Benoît Bérubé

M. Bérubé est né à Edmundston, N.-B., et a complété un baccalauréat ès arts (Université de Moncton), une licence ès lettres en histoire (Université Laval), des études de langue et civilisation chinoises (Sorbonne, Paris), la scolarité de maitrise en histoire acadienne et des études en informatique (Université de Moncton). Il a occupé divers emplois dont agent de développement, chargé de cours en histoire et recherchiste pour le projet « Objectif 2000, vivre en santé en français au N.-B. », portant sur le système médico-hospitalier de cette province, particulièrement du point de vue des francophones, sous la direction du Dr Jean-Bernard Robichaud (1984-1985). Il s’est joint à la fonction publique fédérale en 1989 où il a œuvré en tant qu’analyste de l’information sur le marché du travail, puis comme analyste et chef d’équipe de mise à l’essai de systèmes informatiques. Il réside à Ottawa depuis 1999.

En savoir plus :

Dates des séances offertes :

1er mai au 31 août 2018

5 sept. au 21 déc. 2018