Image

Les Prix du CNFS, autrefois appelés Bourses nationales d’excellence, célèbrent le leadership des futurs professionnels de la santé en matière d’offre active des services sociaux et de santé en français.  Ces prix de reconnaissance sont offerts par le secrétariat national du CNFS.

Récipiendaire du Prix CNFS

FÉLICITATIONS
à Kaelan Gobeil Odai étudiant au Doctorat en médecine, programme MD
de la Faculté de médecine volet francophone à l’Université d’Ottawa
qui a remporté l’un des seize Prix CNFS.

Image

Kaelan Gobeil Odai
Étudiant au Doctorat en médecine, programme MD

Biographie

Originaire du Manitoba, Kaelan Gobeil Odai est passionné par l’humanisme et la francophonie.  Ayant vécu, grandi et appris dans un milieu francophone minoritaire, il est sensibilisé aux disparités ressenties par la communauté francophone, particulièrement dans le réseau de la santé. En tant qu’étudiant au volet francophone du programme de médecine, il promeut déjà l’accès aux services de santé en français. Il s’est engagé à soutenir et à faire croître la population de jeunes médecins francophones.

Il est diplômé d’un baccalauréat de Sciences spécialisé en médecine moléculaire et translationnel à l’Université d’Ottawa. Kaelan est l’un des deux étudiants fondateurs et membres représentatifs du Conseil CNFS MD ayant comme mandat d’accroître la visibilité du programme MD, d’appuyer le recrutement d’étudiants francophones à l’échelle du pays, et de maintenir un réseau de médecins diplômés CNFS. Depuis trois ans, à titre d’Ambassadeur, il occupe un rôle de mentor auprès de ses pairs admis dans les programmes en santé sous l’égide du CNFS. Il fait partie d’un groupe de recherche s’intéressant aux disparités linguistiques de ressources éducatives en médecine et voué à publier des ressources d’enseignement médical en français. En cette période de pandémie, il s’est impliqué en tant que dépisteur COVID de patients et visiteurs symptomatiques à l’Hôpital d’Ottawa. 

Kaelan a vraiment toutes les qualités requises pour devenir un médecin exceptionnel et nous souhaitons qu’il continue à représenter la francophonie avec autant d’ardeur.

Mentions d’honneur

Le CNFS - Volet Université d’Ottawa accorde des mentions d’honneur à ces cinq autres étudiants qui ont démontré leur engagement envers l’offre active de services sociaux et de santé en français.

Image

Élizabeth Lachapelle
Étudiante au baccalauréat en service social

Biographie

Étudiante à temps plein au baccalauréat en service social, maman de deux garçons, Élizabeth Lachapelle réussit à trouver le temps de s’impliquer au sein du CNFS, de l’Université et de la communauté.

Depuis le début de son baccalauréat en septembre 2019, elle fait partie du projet Ambassadeurs CNFS. Pour une deuxième année consécutive, Élizabeth a reçu le titre d’ambassadrice CNFS étoile. Elle a participé à plusieurs présentations dans le cadre des Journées des carrières en santé pour faire la promotion de son programme et de l’offre active de services de santé en français.

Lors de son stage au Yukon, elle s’est impliquée auprès de l’Association franco-yukonnaise dans le cadre des Cafés-rencontres, du programme jeunesse JeFY, et du programme Mamans, papas et bébés en santé dont le but est d’offrir des services de répit, de soutien et d’entraide, tout ça en français !

En tant que bénévole à l’Association des travailleuses et travailleurs sociaux de l’Ontario (ATTSO), elle travaille à établir un réseau d’intervenants dans la région d’Ottawa. Il est important pour elle que toute la population ait accès à des services en français.

Élizabeth a vraiment toutes les qualités requises pour devenir une travailleuse sociale exceptionnelle et nous souhaitons qu’elle continue de représenter la francophonie avec autant d’ardeur.

Image

Gabrielle Viscardi
Étudiante au baccalauréat en Sciences de la nutrition

Biographie

Étudiante de 3e année dans le programme des Sciences de la nutrition à l’Université d’Ottawa, Gabrielle Viscardi est engagée depuis son adolescence dans un rôle d’ambassadrice de l’offre active des services de santé en français. C’est avec fierté qu’elle a représenté le Canada français sur la scène musicale internationale, lorsqu’elle était élève au Centre d’Excellence Artistique de l’Ontario.

Aujourd’hui, elle est impliquée au sein de la communauté en tant qu’aide à la nutrition à l’Hôpital Montfort. Elle est aussi engagée auprès du Groupe de recherche sur la formation et les pratiques en santé et service social en contexte francophone minoritaire (GReFoPS) à titre d’assistante de recherche. Elle fait aussi partie de l’équipe interdisciplinaire de recherche sur le développement d’une grille d’indicateurs de compétences en offre active des services en français et un autre sur les compétences interprofessionnelles. Ces grilles permettent de mieux évaluer l’apprentissage des étudiants en sciences de la santé et en services sociaux quant aux compétences en offre active des services en français et en collaboration interprofessionnelle, au cours de leur programme de formation, dans le but de les préparer à leur entrée en pratique sur le marché du travail.

Pour Gabrielle, le français à Ottawa, en Ontario et à travers le Canada est bien plus qu’une langue parlée. Il s’agit d’une culture, de traditions et de valeurs qui, à ce jour, sont au cœur de sa pratique. Voilà pourquoi elle s’engage à rendre visible et accessible l’usage du français auprès des bénéficiaires du réseau de la santé et également dans tous les milieux qu’elle fréquente comme étudiante et citoyenne. 

Image

Lindsay Boland
Étudiante à la maîtrise en physiothérapie

Biographie

Native de Sudbury, une ville du nord de l’Ontario, Lindsay Boland a grandi dans un foyer anglophone, mais elle a toujours fréquenté des écoles d’immersion française et ses parents l’ont encouragée à poursuivre ses études postsecondaires en français. Elle a donc, dès son jeune âge compris l’importance de pouvoir communiquer dans la langue de son choix.

Diplômée d’un baccalauréat en kinésiologie de l’Université Laurentienne, elle s’est impliquée tout au long de son parcours dans divers comités et événements tant à l’université que dans la communauté. Elle a aussi obtenu un certificat de bilinguisme en même temps que son baccalauréat.

Inscrite à la maîtrise en physiothérapie à l’Université d’Ottawa, ses expériences de stages lui permettent de réaliser l’impact positif de communiquer efficacement, en français, des informations à ses patients afin qu’ils se sentent en sécurité, compris et soutenus.

Dans des circonstances de bénévolat ou de travail, Lindsay s’est souvent retrouvée comme étant la seule personne sur les lieux capable d’offrir un service en français. Que ce soit dans son rôle de sauveteur à la piscine municipale, réceptionniste dans une clinique de physiothérapie, d’instructeur de natation ou comme assistante des programmes pédiatriques du centre de traitement pour enfants, elle se porte toujours volontaire pour offrir un service en français.

Lindsay est impatiente de pouvoir retourner dans le Nord de l’Ontario, sachant qu’elle sera en mesure de servir tant la communauté francophone, qu’anglophone. Elle a vraiment une passion d’améliorer l’accessibilité des services en français.

Image

Erica Walsh
Étudiante à la maîtrise en orthophonie

Biographie

Native de l’Alberta, Erica Walsh poursuit ses études à la maîtrise en orthophonie. C’est au cours de ses études au Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta qu’elle prend conscience des obstacles à l’accès aux services en français et de l’insécurité linguistique dans sa province. Lors d’un stage, elle a réalisé à quel point l’offre active de service en français peut améliorer l’expérience du patient. Elle voyait le visage de ses clients s’illuminer lorsqu’elle leur demandait dans quelle langue ils aimeraient être servis.

En plus de sa charge de cours importante, elle trouve du temps pour s’impliquer bénévolement en tant qu’entraineuse dans les programmes d’activité physique universitaires et a lancé un groupe virtuel de discussion en français « Le dimanche, on discute! ». Son souhait était d’offrir un espace sûr pour permettre aux participants de développer leurs compétences en français et de se familiariser avec  différents accents afin qu’ils se sentent plus à l’aise de s’afficher comme étant bilingues dans leur milieu de travail. Ce groupe est composé de professionnels travaillant directement auprès du public, par exemple : avocats, enseignants, ingénieurs, chercheurs et professionnels de la santé.

Erica est aussi une ambassadrice CNFS au sourire contagieux. Elle a participé à trois Journées des carrières en santé version 2.0. Elle a réussi à transmettre sa passion pour l’orthophonie et son expérience en tant qu’étudiante à l’Université d’Ottawa. Même si elle est de retour à Calgary pour poursuivre ses études en ligne près des montagnes, elle a participé à la soirée Ambassadeur, à la pause-café CNFS et n’hésite pas à s’impliquer dès qu’elle le peut. Elle a également reçu le prix Ambassadeur étoile en mai 2021.

On lui souhaite beaucoup de succès et de continuer à encourager et surtout de pratiquer l’offre de services en français.

Image

Jean-Phylippe Provencher
Doctorant en psychologie clinique

Biographie

Doctorant en psychologie clinique à l’Université d’Ottawa, Jean-Phylippe Provencher est bien au fait de la réalité des francophones en milieu minoritaire, puisqu’il a habité pendant plusieurs années à l’Île-du-Prince-Édouard. Garder son français était un défi quotidien et s’impliquer dans la vie communautaire est devenu sa façon d’alimenter sa fierté identitaire et surtout d’y apporter sa contribution.

Au cours des quatre dernières années, il a travaillé en français pour le conseil scolaire du district d’Ottawa-Carleton, le Centre d’enfants, d’adolescents, de familles d’Ottawa et l’Hôpital Montfort où l’on offre des services d’évaluation auprès des enfants présentant un déficit d’attention et des traitements comportementaux en groupe auprès des parents.

En 2016, il a participé à la publication d’un article sur le recrutement et l’intégration des nouveaux arrivants de langue française à l'Île-du-Prince-Édouard, étude qui avait pour but de mieux comprendre comment la province attire de nouveaux francophones et de quelle façon ils sont intégrés à la communauté francophone de l'Île-du-Prince-Édouard.  Par la suite, en 2017, il a été consultant pour une recherche sur la qualité de l’enseignement en français langue seconde au niveau scolaire dans la province de l’Île-du-Prince-Édouard.

En tant que psychologue, il s’engage à offrir des services aux écoles francophones en milieu minoritaire qui sont trop souvent mal desservies en comparaison à leurs compères. Il souhaite retourner pratiquer à l’Île-du-Prince-Édouard, où il y a de grandes pénuries dans le domaine de la santé mentale.







La présente initiative a été rendue possible grâce à la contribution financière de Santé Canada.

Abonnez-vous à notre bulletin d'information : Quoi de neuf au CNFS!
captcha 

  

 

© CNFS - Volet Université d'Ottawa 2020